Annonce

Collapse
No announcement yet.

encore l'affaire Distilbène

Collapse
X
 
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • encore l'affaire Distilbène



    Un petit récap concernant l'affaire Distilbéne

    Synthétisé par Charles Dodds, un universitaire anglais, en 1938, le DES a été le premier oestrogène de synthèse utilisable par voie orale. Après sa découverte, son but étant essentiellement philanthropique (permettre à des femmes d’avoir des enfants) et nullement mercantile. C. Dodds ne déposa donc aucun brevet. En 1947, un laboratoire commercialisera le DES aux Etats Unis dans l’indication prévention des fausses couches et des accouchements prématurés. D’autres laboratoires, dans le monde entier, se précipitèrent sur cette molécule sans brevet.

    L’idée qui prévalait à l’époque était que les femmes qui faisaient des avortements à répétition avaient un déficit en estrogènes et qu’en apportant (par voie orale, ce qui était extrêmement simple) un estrogène (de synthèse), elles n’auraient plus de difficultés à avoir des enfants. (Pour la petite histoire, C. Todds se suicidera des années plus tard après avoir appris que son invention avait entraîné des centaines de cas de cancer.)

    En 1953, pourtant, une étude clinique, ce qui était rare à l’époque, montrera que le DES ne permettait pas de diminuer les avortements. Cela n’empêcha pas, pendant près de 25 ans, d’utiliser très largement le DES dans cette indication, dans la plupart des pays où il était commercialisé.



    Ce médicament a longtemps été donné aux femmes enceintes dans le but d'éviter les fausses couches., il s'est pourtant toujours révélé inefficace.

    Les médecins ont rapidement observé que les enfants dont les mères avaient pris du Distilbène pendant leur grossesse pouvaient avoir des anomalies génitales.
    C'est ce qu'on appelle le syndrome d'exposition in utero au Distilbène (appelé D.E.S. Syndrome) qui concerne donc des enfants nés jusqu'en 1976 .

    Pour l'exemple : en France, on estime à 80.000 le nombre de filles exposées pendant la grossesse de leur mère. 20 à 35% d'entre elles sont affectées d'infertilité plus ou moins importante, mais en général accessible au traitement.

    Les conséquences de l'exposition au Distilbène sur le développement génital des garçons sont moins bien connues : il est probable que certaines anomalies spermatiques en soient la conséquence.


    La nouveauté dans l'affaire du Distilbène :
    Une étude menée par Hhorages( l’association Hhorages regroupe les victimes d’hormones de synthèse ) a conclu à un taux de suicides surélevé chez les enfants du Distilbène
    Cette étude menée par Marie-Odile Gobillard-Soyer, ancienne directrice de recherche du CNRS en biologie moléculaire, qui a travaillé sur les cas de 660 enfants exposés in utero au Distilbène « Sur cette population, 538 sont atteints de troubles psychiatriques (dépression, schizophrénie, anorexie), tandis que 74 souffrent uniquement de problèmes physiques.

    Autre chiffre effrayant : sur la totalité des cas recensés, on compte 112 tentatives de suicides et 22 suicides . Cette nouvelle est des plus effarayantes quisoit . Les êtres humains sont devenus des cobayes .
widgetinstance 176 (Discussions similaires) skipped due to lack of content & hide_module_if_empty option.

Ads sous Menu

Collapse

Tendances

Collapse

Working...
X