Annonce

Collapse
No announcement yet.

POE - Annabel Lee

Collapse
X
 
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • POE - Annabel Lee

    Mais admirez avec moi ce poème ......... C'est plus beau en version originale en anglais, mais je vous met aussi, la traduction de Baudelaire
    Annabel Lee

    It was many and many a year ago
    In a kingdom by the sea
    That a maiden there lived, whom you may know
    By the name of Annabel Lee
    And this maiden she lived with no other thought
    Than to love and be loved by me.
    I was a child and she was a child
    In this kingdom by the sea
    But we loved with a love that was more than love
    I and my Annabel Lee
    With a love that winged seraphs in Heaven
    Coveted her and me


    This was the reason that, long ago
    In this kingdom by the sea
    The winds blew out of a cloud, chilling
    My beautiful Annabel Lee
    So that her highborn kinsmen came
    And bore her away from me,
    To shut her up in a sepulchre
    In this kingdom by the sea


    The Angels, not half so happy in Heaven,
    Went envying her and me
    Yes! That was the reason (as all men know
    In this kingdom by the sea)
    That the wind came out of a cloud by night
    Chilling and killing my Annabel Lee.


    But our love, it was stronger by far than the love
    Of those who were older than we,
    Of many far wiser than we
    And neither the Angels in Heaven above
    Nor the demons down under the sea
    Can ever dissever my soul from the soul
    Of the beautiful Annabel Lee.


    For the moon never beams without bringing me dreams
    Of the beautiful Annabel Lee
    And the stars never rise, but I feel the bright eyes
    Of my beautiful Annabel Lee.
    And so, all the nighttide, I lie down by the side
    Of my darling! My darling, my life and my bride.
    In her sepulchre, there by the sea,
    In her tomb, by the side of the sea.
    Edgar Allan Poe
    _________________________
    Il y a mainte et mainte année, dans un royaume près de la mer, vivait une jeune fille, que vous pouvez connaître par son nom d'ANNABEL LEE, et cette jeune fille ne vivait avec aucune autre pensée que d'aimer et d'être aimée de moi.

    J'étais un enfant, et elle était un enfant, dans ce royaume près de la mer; mais nous nous aimions d'un amour qui était plus que de l'amour - moi et mon ANNABEL LEE; d'un amour que les séraphins ailés des Cieux convoitaient à elle et à moi.

    Et ce fut la raison qu'il y a longtemps un vent souffla d'un nuage, glaçant ma belle ANNABEL LEE; de sorte que ses proches de haute lignée vinrent et me l'enlevèrent, pour l'enfermer dans un sépulcre, en ce royaume près de la mer.

    Les anges, pas à moitié si heureux aux cieux, vinrent, nous enviant, elle et moi. Oui! ce fut la raison (comme tous les hommes le savent dans ce royaume près de la mer) pourquoi le vent sortit du nuage la nuit, glaçant et tuant mon ANNABEL LEE.

    Car la lune jamais ne rayonne sans m'apporter des songes de la belle ANNABEL LEE; et les étoiles jamais ne se lèvent que je ne sente les yeux brillants de la belle ANNABEL LEE; et ainsi, toute l'heure de nuit, je repose à côté de ma chérie - de ma chérie -, ma vie et mon épouse, dans ce sépulcre près de la mer, dans sa tombe près de la bruyante mer.

    Mais, pour notre amour, il était plus fort de tout un monde que l'amour de ceux plus âgés que nous; de plusieurs de tout un monde plus sages que nous, et ni les anges là-haut dans les cieux, ni les démons sous la mer, ne peuvent jamais disjoindre mon âme de l'âme de la très belle ANNABEL LEE.



  • #2
    C'est tout simplement sublime ,ligea si tu nous postait aussi " le corbeau" ...

    Comment


    • #3
      Justement Zyeux.. j'hésitais entre Annabel Lee et le corbeau
      deux vraies merveilles...... et voilà le corbeau .... d'Edgar Allan Poe......
      The Raven
      Once upon a midnight dreary, while I pondered, weak and weary,
      Over many a quaint and curious volume of forgotten lore,
      While I nodded, nearly napping, suddenly there came a tapping,
      As of some one gently rapping, rapping at my chamber door.
      "'Tis some visitor," I muttered, "tapping at my chamber door-
      Only this, and nothing more."


      Ah, distinctly I remember it was in the bleak December,
      And each separate dying ember wrought its ghost upon the floor.
      Eagerly I wished the morrow;–vainly I had sought to borrow
      From my books surcease of sorrow–sorrow for the lost Lenore-
      For the rare and radiant maiden whom the angels name Lenore-
      Nameless here for evermore.


      And the silken sad uncertain rustling of each purple curtain
      Thrilled me–filled me with fantastic terrors never felt before;
      So that now, to still the beating of my heart, I stood repeating,
      "'Tis some visitor entreating entrance at my chamber door-
      Some late visitor entreating entrance at my chamber door;-
      This it is, and nothing more."


      Presently my soul grew stronger; hesitating then no longer,
      "Sir," said I, "or Madam, truly your forgiveness I implore;
      But the fact is I was napping, and so gently you came rapping,
      And so faintly you came tapping, tapping at my chamber door,
      That I scarce was sure I heard you"–here I opened wide the door;-
      Darkness there, and nothing more.


      Deep into that darkness peering, long I stood there wondering,
      fearing,
      Doubting, dreaming dreams no mortals ever dared to dream before;
      But the silence was unbroken, and the stillness gave no token,
      And the only word there spoken was the whispered word, "Lenore!"
      This I whispered, and an echo murmured back the word, "Lenore!"-
      Merely this, and nothing more.


      Back into the chamber turning, all my soul within me burning,
      Soon again I heard a tapping somewhat louder than before.
      "Surely," said I, "surely that is something at my window lattice:
      Let me see, then, what thereat is, and this mystery explore-
      Let my heart be still a moment and this mystery explore;-
      'Tis the wind and nothing more."


      Open here I flung the shutter, when, with many a flirt and
      flutter,
      In there stepped a stately raven of the saintly days of yore;
      Not the least obeisance made he; not a minute stopped or stayed
      he;
      But, with mien of lord or lady, perched above my chamber door-
      Perched upon a bust of Pallas just above my chamber door-
      Perched, and sat, and nothing more.


      Then this ebony bird beguiling my sad fancy into smiling,
      By the grave and stern decorum of the countenance it wore.
      "Though thy crest be shorn and shaven, thou," I said, "art sure no
      craven,
      Ghastly grim and ancient raven wandering from the Nightly shore-
      Tell me what thy lordly name is on the Night's Plutonian shore!"
      Quoth the Raven, "Nevermore."


      Much I marvelled this ungainly fowl to hear discourse so plainly,
      Though its answer little meaning–little relevancy bore;
      For we cannot help agreeing that no living human being
      Ever yet was blest with seeing bird above his chamber door-
      Bird or beast upon the sculptured bust above his chamber door,
      With such name as "Nevermore."


      But the raven, sitting lonely on the placid bust, spoke only
      That one word, as if his soul in that one word he did outpour.
      Nothing further then he uttered–not a feather then he fluttered-
      Till I scarcely more than muttered, "other friends have flown
      before-
      On the morrow he will leave me, as my hopes have flown before."
      Then the bird said, "Nevermore."


      Startled at the stillness broken by reply so aptly spoken,
      "Doubtless," said I, "what it utters is its only stock and store,
      Caught from some unhappy master whom unmerciful Disaster
      Followed fast and followed faster till his songs one burden bore-
      Till the dirges of his Hope that melancholy burden bore
      Of 'Never–nevermore'."


      But the Raven still beguiling all my fancy into smiling,
      Straight I wheeled a cushioned seat in front of bird, and bust and
      door;
      Then upon the velvet sinking, I betook myself to linking
      Fancy unto fancy, thinking what this ominous bird of yore-
      What this grim, ungainly, ghastly, gaunt and ominous bird of yore
      Meant in croaking "Nevermore."


      This I sat engaged in guessing, but no syllable expressing
      To the fowl whose fiery eyes now burned into my bosom's core;
      This and more I sat divining, with my head at ease reclining
      On the cushion's velvet lining that the lamplight gloated o'er,
      But whose velvet violet lining with the lamplight gloating o'er,
      She shall press, ah, nevermore!


      Then methought the air grew denser, perfumed from an unseen censer
      Swung by Seraphim whose footfalls tinkled on the tufted floor.
      "Wretch," I cried, "thy God hath lent thee–by these angels he
      hath sent thee
      Respite–respite and nepenthe, from thy memories of Lenore!
      Quaff, oh quaff this kind nepenthe and forget this lost Lenore!"
      Quoth the Raven, "Nevermore."


      "Prophet!" said I, "thing of evil!–prophet still, if bird or
      devil!-
      Whether Tempter sent, or whether tempest tossed thee here ashore,
      Desolate yet all undaunted, on this desert land enchanted-
      On this home by horror haunted–tell me truly, I implore-
      Is there–is there balm in Gilead?–tell me–tell me, I implore!"
      Quoth the Raven, "Nevermore."


      "Prophet!" said I, "thing of evil–prophet still, if bird or
      devil!
      By that Heaven that bends above us–by that God we both adore-
      Tell this soul with sorrow laden if, within the distant Aidenn,
      It shall clasp a sainted maiden whom the angels name Lenore-
      Clasp a rare and radiant maiden whom the angels name Lenore."
      Quoth the Raven, "Nevermore."


      "Be that word our sign in parting, bird or fiend," I shrieked,
      upstarting-
      "Get thee back into the tempest and the Night's Plutonian shore!
      Leave no black plume as a token of that lie thy soul hath spoken!
      Leave my loneliness unbroken!–quit the bust above my door!
      Take thy beak from out my heart, and take thy form from off my
      door!"
      Quoth the Raven, "Nevermore."


      And the Raven, never flitting, still is sitting, still is sitting
      On the pallid bust of Pallas just above my chamber door;
      And his eyes have all the seeming of a demon's that is dreaming,
      And the lamplight o'er him streaming throws his shadow on the
      floor;
      And my soul from out that shadow that lies floating on the floor
      Shall be lifted–nevermore!


      Le Corbeau

      Une fois, par un minuit lugubre, tandis que je m'appesantissais, faible
      et fatigué, sur maint curieux et bizarre volume de savoir oublié, tandis
      que je dodelinais la tête, somnolant presque, soudain se fit un heurt,
      comme de quelqu'un frappant doucement, frappant à la porte de ma
      chambre, cela seul et rien de plus

      Ah! distinctement je me souviens que c'était en le glacial décembre :
      et chaque tison, mourant isolé, ouvrageait son spectre sur le sol.
      Ardemment je souhaitais le jour; vainement j'avais cherché d'emprunter
      à mes livres un sursis au chagrin - au chagrin de la Lénore perdue -
      de la rare et rayonnante jeune fille que les anges nomment Lénore -
      de nom! pour elle ici, non, jamais plus!

      Et de la soie l'incertain et triste bruissement en chaque rideau purpural
      me traversait, m'emplissait de fantastiques terreurs pas senties
      encore : si bien que, pour calmer le battement de mon coeur, je
      demeurais maintenant à répéter : C'est quelque visiteur qui sollicite
      l'entrée, à la porte de ma chambre; quelque visiteur qui sollicite l'entrée
      à la porte de ma chambre; c'est cela et rien de plus

      Mon âme se fit subitement plus forte et, n'hésitant davantage :
      "Monsieur, dis-je, ou madame, j'implore véritablement votre pardon ;
      mais le fait est que je somnolais, et vous vîntes si doucement frapper,
      et si faiblement vous vîntes heurter, heurter à la porte de ma chambre,
      que j'étais à peine sûr de vous avoir entendu." Ici j'ouvris grande
      la porte : les ténèbres et rien de plus

      Loin dans l'ombre regardant, je me tins longtemps à douter, m'étonner
      et craindre, à rêver des rêves qu'aucun mortel n'avait osé rêver encore ;
      mais le silence ne se rompit point et la quiétude ne donna de signe ;
      et le seul mot qui se dit, fut le mot chuchoté "Lénore!" je le
      chuchotai et un écho murmura de retour le mot "Lénore!" purement
      cela et rien de plus

      Rentrant dans la chambre, toute l'âme en feu, j'entendis bientôt un
      heurt en quelque sorte plus fort qu'auparavant. "Sûrement, dis-je
      sûrement c'est quelque chose à la persienne de ma fenêtre. Voyons donc
      ce qu'il y a et explorons ce mystère ; que mon coeur se calme un moment
      et explore ce mystère ; c'est le vent et rien de plus."

      Au large je poussai le volet, quand, avec maints enjouement et agitation
      d’ailes, entra un majestueux corbeau des saints jours de jadis. Il ne
      fit pas la moindre révérence, il ne s’arrêta ni n’hésita un instant : mais,
      avec une mine de lord ou de lady, se percha au-dessus de la porte de
      ma chambre ; se percha sur un buste de Pallas, juste au-dessus de la
      porte de ma chambre ; se percha, siégea et rien de plus

      Alors cet oiseau d’ébène induisant ma triste imagination au sourire,
      par le grave et sévère décorum de la contenance qu’il eut : "Quoique
      ta crête soit chenue et rase, non! Dis-je, tu n’es pas, pour sûr, un
      poltron, spectral, lugubre et ancien Corbeau, errant loin du rivage de
      Nuit - dis-moi quel est ton nom seigneurial au rivage plutonien de
      Nuit." Le Corbeau dit : "Jamais plus."

      Je m’émerveillai fort d’entendre ce disgracieux volatile s’énoncer aussi
      clairement, quoique sa réponse n’eût que peu de sens et peu d’à-propos ;
      car on ne peut s’empêcher de convenir que nul homme vivant n’eut
      encore l’heur de voir un oiseau au-dessus de la porte de sa chambre
      - un oiseau ou toute autre bête sur le buste sculpté au-dessus de la porte
      de sa chambre -, avec un nom tel que : "Jamais plus."

      Mais le Corbeau perché solitairement sur ce buste placide, parla ce
      seul mot comme si son âme, en ce seul mot, il la répandait. Je ne proférai
      donc rien de plus ; il n’agita donc pas de plume, jusqu’à ce que je
      fis à peine davantage que marmotter : "D’autres amis déjà ont pris
      leur vol, demain il me laissera comme mes espérances déjà ont pris
      leur vol." Alors l’oiseau dit : "Jamais plus."

      Tressaillant au calme rompu par une réplique si bien parlée ; "Sans
      doute, dis-je ce qu’il profère est tout son fonds et son bagage, pris à
      quelque malheureux maître que l’impitoyable Désastre suivit de près
      et de très près suivit jusqu’à ce que ses chansons comportassent un
      unique refrain ; jusqu’à ce que les chants funèbres de son Espérance
      comportassent le mélancolique refrain de "Jamais - jamais plus."

      Le Corbeau induisant toute ma triste âme encore au sourire, je roulai
      soudain un siège à coussins en face de l’oiseau, et du buste, et de la
      porte ; et m’enfonçant dans le velours, je me pris à enchaîner songerie
      à songerie, pesant à ce que cet augural oiseau de jadis, à ce que
      ce sombre, disgracieux, sinistre, maigre, et augural oiseau de jadis
      signifiait en croissant : "Jamais plus."

      Cela, je m’assis occupé à le conjecturer, mais n’adressant pas une syllabe
      à l’oiseau dont les yeux de feu brûlaient, maintenant, au fond de mon
      sein ; cela et plus encore, je m’assis pour le devine, ma tête reposant
      à l’aise sur la housse de velours des coussins que dévorait la lumière
      de la lampe, housse violette de velours qu’Elle ne pressera plus, ah!
      jamais plus.

      L’air, me sembla-t-il, devint alors que dense, parfumé selon un
      encensoir invisible balancé par les Séraphins dont le pied, dans la chute
      tintait sur l’étoffe du parquet. "Misérable! m’écriai-je, ton Dieu t’a
      prêté ; il t’a envoyé par ces anges le répit, le répit et le népenthès dans
      ta mémoire de Lénore! Bois! oh! bois ce bon népenthès et oublie cette
      Lénore perdue!" Le Corbeau dit : "Jamais plus."

      "Prophète, dis-je, être de malheur! prophète, oui, oiseau ou démon!
      Que si le Tentateur t’envoya ou la tempête t’échoua vers ces bords,
      désolé et encore tout indompté, vers cette déserte terre enchantée, vers
      ce logis par l’horreur hanté : dis-moi véritablement, je t’implore! y a-t-il
      du baume en Judée? Dis-moi, je t’implore." Le Corbeau dit :
      "Jamais plus!"

      "Prophète, dis-je, être de malheur! prophète, oui, oiseau ou démon!
      Par les cieux sur nous épars, et le Dieu que nous adorons tous deux,
      dis à cette âme de chagrin chargée si, dans le distant Eden, elle doit
      embrasser une jeune fille sanctifiée que les anges nomment Lénore
      - embrasser une rare et rayonnante jeune fille que les anges nomment
      Lénore." Le Corbeau dit : "Jamais plus!"

      "Que ce mot soit le signal de notre séparation, oiseau ou malin
      esprit" hurlai-je en me dressant. "Recule en la tempête et le rivage
      plutonien de Nuit! Ne laisse pas une plume noire ici comme un gage
      du mensonge qu’a proféré ton âme. Laisse inviolé mon abandon! quitte
      le buste au-dessus de ma porte! ôte ton bec de mon coeur et jette ta
      forme loin de ma porte!" Le Corbeau dit : "Jamais plus!"

      Et le Corbeau, sans voleter, siège encore, siège encore sur le buste pallide
      de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre, et ses yeux ont
      toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve, et la lumière de la
      lampe, ruisselant sur lui, projette son ombre à terre : et mon âme,
      de cette ombre qui gîte flottante à terre ne s’élèvera - jamais plus.

      Comment


      • #4
        this is what I call poetry !! so good ligiea ; please give us more and more !!!!!

        Comment


        • #5
          Okay miss .. Merci pour votre appréciation, ça me fait chaud au coeur, parceque c'est vraiment rare que je retrouve des personnes qui connaissent Poe et qui apprécient son travail

          Comment


          • #6
            Ligeia

            "The expression of the eyes of Ligeia! How for long hours have I pondered upon it! How have I, through the whole of a midsummer night, struggled to fathom it! What was it -- that something more profound than the well of Democritus -- which lay within the pupils of my beloved ? What was it ? I was possessed with a passion to discover those eyes! Those large, those shining, those divine orbs! They became to me twin stars of Leda, and I to them the devoutest of astrologers. Not for a moment was the unfathomable meaning of their glance, by day or night, absent from my soul."


            Edgar Allan Poe - "Ligeia"

            ==============> Un tout petit extrait de la nouvelle "Ligeia"
            (Oh ! merci Poe ! quel charmante rêverie dont je suis le sujet : )
            Eh les filles vous n'aimeriez pas que votre prince vous fasse un tel hommage ? en tt cas j'en rêve ,hihi

            Comment

            widgetinstance 176 (Discussions similaires) skipped due to lack of content & hide_module_if_empty option.

            Ads sous Menu

            Collapse

            Tendances

            Collapse

            There are no results that meet this criteria.

            Working...
            X