Annonce

Collapse
No announcement yet.

La Simplicité Volontaire

Collapse
X
 
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • La Simplicité Volontaire

    Riches autrement autrement libres
    Notre rapport à l'argent d'une certaine façon est au coeur de notre vie, et c'est normal vu le monde ou l'on vit, et malgrè qu'il est souvent malsain avec des répercussions dramatiques sur la santé des gens, dans leurs relations, relation à eux mêmes, relation avec les autres, relation avec la nature et l'écologie , relation au temps aussi, on se trouve obligé de suivre le courant de la vie en quelque sorte.
    La simplicité volontaire aborde la question des solutions concrètes, intelligentes et pratiques à des problèmes multiples qui touchent tant l'écologie que la santé que l'éducation. Si on passe notre temps à essayer de gagner autant d'argent qu'on peut, en essayant de se sécuriser en accumulant ceci et cela au détriment de notre qualité de vie, de besoins beaucoup plus fondamentaux comme consacrer plus de temps à la famille, à soi-même et aux autres, eh bien il sera trop tard pour y remédier. Notons ici que la simplicité volontaire n'est pas la pauvreté et ne peut s'appliquer à une personne vivante au salaire minimum pour être réaliste.
    On a l'impression qu'on ne sait plus comment sortir de cet éspèce de tourbillon dans lequel on est pris et qui est la consommation et le rythme de vie éffréné qu'on mène. Tout le monde manque de temps, c'est ce qu'on entend partout, je n'ai pas le temps, je suis fatigué, j'aimerais avoir plus de temps de.....
    Il y a un constat à faire et qui est qu'on est entrain de saccager notre vie, saccager la nature. Il y a des choix à faire autour de qu'est ce qu'on décide de mettre au coeur de notre vie, car il y aura toujours 24 heures dans une journée et si on l'encombre ce 24 heures là en voulant tout faire, avec la multitude de choix qui s'offrent à nous, on constatera que c'est quasiment impossible.
    Donc, en résumé, la simplicité volontaire est un moyen d'accéder plus rapidement au bonheur, à la paix. Réhabiliter l'instant présent, apprendre le contentement, la satisfaction. Ce n'est pas viser l'austérité ni se comparer aux autres, ni rejeter ou juger les gens loin de là. C'est une démarche qui commence par une prise de conscience, commencer par identifier nos besoins, avec quoi on pourrait se contenter pour vivre sobrement, eviter de tomber dans le cercle vicieux de la consommation, déboucher sur une action concrète. Si on est capable de moins travailler, être plus conscient de ce qui nous entoure, notre qualité de vie se trouvera améliorée, moins de stress, moins de maladies, moins de tracas. Chercher la tranquillité d'esprit, la qualité de vie et consacrer plus de temps à nos proches et à soi-même. Je sais que c'est difficile d'y parvenir voir impossible pour certains mais si la motivation la volonté et surtoût la prise de conscience est là tout est possible.

  • #2
    Pour commencer j'annonce les couleurs je trouve ce mouvement social comme représentant d'accablement et de la lassitude.

    Viser la simplification pour améliorer sa qualité de vie est un choix. Et je pense que c'est le choix des gens qui manquent de courage, de détermination et de volonté. Je préfère ne pas fuir mais affronter.
    L'idée de moins consommer pour moins dépenser de l'argent me fait rire. Si on gagne bien sa vie pourquoi se priver? Si on gagne bien sa vie on va pas quand meme se priver des belles choses de la vie? Pourquoi vivre au dessous des moyens si on a une chance de vivre au dessus de nos moyens?
    Je préfère passer mon temps à bosogner qu'à fuir. Pleins de questions sans réponses dans ma tete: est ce que la simplicité volontaire mène à la pauvreté? moins consommer veut dire consommer avec modération ou bien vivre le dénuement?

    J'espère que je t'ai aidé à faire avancer le débat Jazz.

    Comment


    • #3
      Pourquoi il faut choisir entre vivre en dessous de nos moyens et vivre au dessus de nos moyens? Pourquoi ne pas vivre dans nos moyens?

      Personnellement, je suis pour la simplicité volontaire, je pense que si on ne se crée pas nos propres limites, on va systématiquement tomber dans un cercle vicieux!! consommer, consommer et consommer... on finira par attrapper la fièvre acheteuse, l'argent est un bien éphémère, il faut savoir le gérer, il faut regarder plus loin!!
      Pourquoi ne pas vivre simplement et mettre le surplus de côté, en cas d'imprévu, de maladie, d'urgence???

      Je pense que vivre le plus simplement possible, sans se priver si c'est dans nos moyens, c'est tout simplement bien vivre

      Comment


      • #4
        Envoyé par Pure Voir le message
        Pourquoi il faut choisir entre vivre en dessous de nos moyens et vivre en dessus de nos moyens? Pourquoi ne pas vivre dans nos moyens?

        Personnellement, je suis pour la simplicité volontaire, je pense que si on ne se crée pas nos propores limites, on va systématiquement tomber dans un cercle vicieux!! consommer, consommer et consommer... on finira par attrapper la fièvre acheteuse, l'argent est un bien éphémère, il faut savoir le gérer, il faut regarder plus loin!!
        Pourquoi ne pas vivre simplement et mettre le surplus de côté, en cas d'imprévu, de maladie, d'urgence???

        Je pense que vivre le plus simplement possible, sans se priver si c'est dans nos moyens, c'est tout simplement bien vivre
        Le principe de la simplicité volontaire est de moins consommer, donc d'avoir moins besoin d'argent et moins besoin de travailler (1). En vivant en dessous de ses moyens (2), on gagne alors du temps pour ce qui est important pour soi.
        (1) C'est pour les féniants.
        (2) Ramène à la pauvreté.

        T'as une meuilleur idée de ce concept maintenant Pure.

        Je suis pas lache mais j'affronte.. et je modère mes consommations, je me laisse pas aller par les flux publicitaires.

        With best regards.

        Comment


        • #5
          Salut O.P. Je ne dis pas qu'ils ont raison ou ils ont tord. Mais ce qui est sûr c'est que leur vision est saine, Contrairement à ce que tu sembles penser, ils n'ont rien de lassant, et ne manquent pas de courage au contraire, résister aux vagues de consommation qui déferlent tout autour d'eux demande du courage. Quant à affronter, affronter quoi, il n'y a rien à affronter si ce n'est que nos propres envies. Et là réside l'ambiguité si on arrive pas à cerner le sens même de cette pensée, car ce n'est pas le fait de consommer moins pour dépenser moins d'argent qui les encouragent, on peut gagner très bien sa vie sans toutefois se laisser entrainer comme des malades dans le cercle vicieux de la consommation inappropriée. Et ce n'est pas une question de fuite, mais de chercher son équilibre avec ce qui nous entoure, passer plus de temps avec ceux qu'on aime, essayer de faire quelque chose de positif dans sa vie, avec ses proches avec son milieu, et non pas bosser à en crever car après tout notre vie est éphemère et si on s'acharne à bosser en croyant que cela va améliorer notre situation financière, on sait bien que ça ne s'arrêtera jamais. Donc il vaut mieux chercher son juste milieu afin de vivre pleinement sa vie.
          On n'a pas à suivre à la lettre tout ce qu'ils préconisent mais on pourrait en tirer des idées qui nous conviennent. En tout cas merci pour ton intervention.

          Comment


          • #6
            Salut.

            Simplicité volontaire, a vraie dire j’y ai pas pensé par le passé, pourquoi, c’est peut être parce que je me suis trop fait conditionné par le system en lequel nous vivons, ce system tant sociale qu’économique, politique et médiatique dans lequel nous évoluons, a l’image de la métaphore de l’abeille prisonnière de la toile d’araignée, nous nous somme peut a peut fait prisonniers de nos propres vices ,mais pas que ça, ce sont les vices des autres qui viennent s’ajouter aux nôtres en un system de valeurs uniformes fixées par tout le monde et personne , un system de valeurs imposé et loin d’être proposé , envahissant nos modes de vies et cultures ,La société de consommation supportée par un mondialisme qui va a l’encontre des valeurs imaginées en le trouvant , en est le moteur. Si l’on venait constater avec un œil critique, ceci reste une opinion personnelle loin d’être incontestable, l’Homme en sa quête du bonheur est t’il sur la bonne voie, a-t-il trouvé ce qu’il cherchait, somme nous accomplis épanouis et simplement heureux ? Et la je parlerai qu’a titre personnel, certainement pas !

            Coté travail on tend qu’a chercher la rémunération la plus importante possible sans accorder au facteur temps une quelconque importance, nous autres mortels vous vous en rendez compte, négligeant en cour du processus plusieurs aspects constituants de l’Homme,la famille n’en est qu’un exemple, si l’on inspecte l’évolution de la famille tunisienne on se rendra compte sans grande peine des répercutions de cette fièvre du maternalisme dessus, on travail de plus en plus pour gagner encore de plus en plus d’argent et pour chasser un mythe di épanouissement professionnel , un mythe a mon sens car les être humains de nature ne cessent d’exiger plus de vouloir êtres investis constamment de plus de responsabilités de pouvoir ,un fait qui n’est pas négatif en soi, mais qui inévitablement nous laisse moins de temps pour chérir les nôtres s’en occuper a l’ancienne si je peux dire. de nos jours a 25 ans en moyenne tout au plus on quitte le cocon familiale mais ce « quitte » est de nos jours synonyme de couper carrément les ponts avec la famille ! et dissociation familiale s’en suit , notre fierté face au model sociale occidental , une fierté qu’on est entrain de perdre doucement mais sûrement.

            D’un autre coté, dans notre quête du confort, bien que le mode de vie des anciens ne les a en rien périt,on cède en courbe ascendante des taches qui étais accomplie par le passé par des hommes au profil de machines en espérant avoir une meilleure qualité de vie, cartes de crédit, carte de fidélité…,ne font en fait que divulguer implicitement des parties de nous qui sont nos informations identifiantes et discriminatoires et donc violer notre droit a l’anonymat , on devient constamment sous les projecteurs du system , j’avais lu dans le temps je me rappel plus ou que l’homme a besoin d’une succession de phases de lumière et de retraites apparentées au noir pour s’accomplir , les phase de lumière sont celle ou l’on est en interaction directe avec l’environnement et les phases de retraites sont celles qu’on peut décrire comme de la méditation ou notre esprit vagabonde et se donne libre court pour fonctionner raisonner se faire et se refaire ses propres décisions et mettre a jour sa prémisse de jugement qui est notre subconscient avec de nouvelles règles tirées de son propre libre raisonnement a l’abri de tout autre facteur contingent a ce processus ,

            en bref l’homme livré a lui a l’abri de tout le system journalier dans lequel il évolue , cette succession lumière/retraite, a mon sens, n’est plus a cause de nos informations discriminatoires qui sont dans des mémoires d’ordinateurs les traitant continuellement et sans relâche ,ces machines qui eux a l’opposé de nous autres humains n’ont pas besoin de repos. Ce qui résulte tout simplement en nous accablé de tout part, nous démunir de notre libre jugement en prévoyant nos moindre fais et gestes notamment économiques, en nous orientant en notre insu a faire ceci ou cela grâce aux profils qu’ils ont de nous suite aux traces qu’on laisse derrière nous a chaque passage, camera de surveillance transaction électroniques etc , tout ça a mon sens fait que l’homme ne s’y retrouve plus et en sa quête du confort il n’a fait que se faire prisonnier des grandes multinationales , conglomérations économiques et services de marketing en tout genre, résultat ? la maladie du siècle ,le stress entre beaucoup d’autres phénomènes alarmants, ou est le bonheur en tout ça ? , comme toi je le cherche encore.

            D’un autre coté dans notre style de vie basé sur la consommation il va sans dire que les gents , grâce ou a cause de ce même style de vie ça dépend du comment l’on voit les choses, tendent a acheter toujours et encore plus sous le feux et les matraquages audiovisuels de publicités en tous genres, allant très souvent a acheter plus qu’ils ne le peuvent , crédits bancaires , prêts a moyen et long terme etc , peuvent représenter une solution a moyen terme mais a fur et a mesure ça ne fait que conditionner notre quotidien et même a décider a notre place de se que l’on peut faire et pas faire , c'est-à-dire nous priver de notre liberté de jugement et notre « free will » ce que ça peut représenter tout ça pour nous autres Hommes nés libres et qui entendent de mourir en libres ? je vous laisse imaginer.

            On pourra continuer à citer des exemples aussi divers que variés sur des pages et des pages mais je pense que l’idée est passée.

            Maintenant, j’aimerai qu’on ne va pas penser de moi l’outsider chaste à l’image du soufisme, ça n’a rien de vraie. Mais simplement il faut se tenir à la modération dans notre vie, tout excès est inévitablement nocif, et s’engager voir s’enfoncer tête baissée dans les ténèbres de cette nuée ardente n’a rien de modéré. le vésuve ? Ce n’est que ce volcan géant appelé société et consommation.

            Comment

            Loading...

            Ads sous Menu

            Collapse

            Tendances

            Collapse

            There are no results that meet this criteria.

            Working...
            X