Annonce

Collapse
No announcement yet.

biographie et Filmographie (Bollywood)

Collapse
X
 
  • Filter
  • Heure
  • Show
Clear All
new posts

  • biographie et Filmographie (Bollywood)

    Shah Rukh Khan

    Alors on commence les biographies d'acteur et d'actrices par le king de Bollywood j'ai nommé SHAH RUKH KHAN.







    Acteur et Producteur



    Né le 12 Novembre 1965












    Shahrukh Khan est issu d'une famille musulmane, il passe son enfance à New Delhi. Tandis qu'il fait ses études de communication dans l'université de la ville. Au lieu d'étudier, il hante les plateaux de tournage de série et accumule les petits rôles. En 1988, il intègre le casting de la série FAUJI, ce qui lui permet de se faire connaître du public indien.


    Après la mort de sa mère, il quitte New Delhi avec sa femme Gauri , une indoue, pour Bombay, Mecque du cinéma indien. Il fait ses débuts sur grand écran dès 1992, c'est toutefois en 1993 qu'il commence à être vraiment connu grâce à Daar et à Baazigar. Il interprète dans les deux films un tueur psychopathe. Loin de l'enfermer dans des rôles de méchant, il obtient l'intérêt du public et de la profession, recevant son premier prix pour son interprétation dans Baazigar.


    Depuis il enchaîne les succès et les récompenses dont les comédies romantiques avec l'actrice Kajol Diwale Dulhania Le Jayene et Kuch Kuch Hota Hai, mais aussi Dil To Pagal Hai, Devdas ou encore Verr Zaare. En moins de dix ans Shahrukh Khan est devenu un dieu vivant pour ses compatriotes. Véritable phénomène en Inde, ses fans se comptent par milliers, chacune de ses apparitions provoque émeutes et évanouissements chez la gent féminine.


    Il ne se contente pas être un des acteurs les plus adulés du cinéma indien. En 2000, il ouvre une maison de production Dreamz Unlimited avec ses amis l'actrice Juhi Chawla et le réalisateur d'Aziz Mirza, rencontré sur le tournage de Yes Boss (1997). Après quelques succès mitigés, leur premier blockbuster est Chalte Chalte.


    Son travail dans La Famille Indienne, son rôle de séducteur alcoolique dans Devdas, Swades - Nous, Le Peuple et Veer Zaara qui lui ont valu une double nomination aux Oscars Indiens en 2005 permettent au talent et à la célébrité de cet acteur surnommé le « Baadshah » (roi) de Bollywood, de maintenant dépasser les frontières du pays de Gandhi.
    وقدَّمْ لها الماءَ قبل النبيذِ ولا تتطلَّع إلى تَوْأَمَيْ حَجَلٍ نائمين على صدرها
    وانتظرها،
    ومُسَّ على مَهَل يَدَها عندما تَضَعُ الكأسَ فوق الرخامِ
    كأنَّكَ تحملُ عنها الندى
    وانتظرها،
    تحدَّثْ إليها كما يتحدَّثُ نايٌ إلى وَتَرٍ خائفٍ في الكمانِ
    كأنكما شاهدانِ على ما يُعِدُّ غَدٌ لكما
    وانتظرها،
    ولَمِّع لها لَيْلَها خاتماً خاتماً
    وانتظرها
    لى أَن يقولَ لَكَ الليلُ:
    لم يَبْقَ غيركُما في الوجودِ
    فخُذْها، بِرِفْقٍ، إلى موتكَ المُشْتَهى
    وانتظرها

    محمود درويش


  • #2
    Filmographie



    Filmographies de Shah Rukh Khan:les films devenus cultes(Blockbuster),les succès Hit ou super Hit,les films moyens(average),et les bides(Flop)!!!


    Year Film / [ Rate Film ]

    2005 Paheli

    2005 Kaal ( spécial apparition)

    2004 Swades [ Rate Film ] Average

    2004 Veer Zaara [ Rate Film ] Super Hit

    2004 Main Hoon Na [ Rate Film ] Super Hit

    2004 Yeh Lamhe Judaai Ke [ Rate Film ] Flop

    2003 Kal Ho Naa Ho [ Rate Film ] Super Hit

    2003 Chalte Chalte [ Rate Film ] Super Hit

    2002 Saathiya [ Rate Film ] Hit

    2001 Shakti The Power [ Rate Film ] Flop

    2002 Devdas [ Rate Film ] Super Hit

    2002 Hum Tumhare Hain Sanam [ Rate Film ] Hit

    2002 Kabhi Khushi Kabhie Gham [ Rate Film ] Blockbuster

    2001 Asoka [ Rate Film ] Average

    2001 One 2 Ka 4 [ Rate Film ] Flop

    2000 Mohabbatein [ Rate Film ] Super Hit

    2000 Hey Ram! [ Rate Film ] Flop

    2000 Phir Bhi Dil Hai Hindustani [ Rate Film ] Average

    2000 Gaja Gamini [ Rate Film ] Flop

    2000 Har Dil Jo Pyar Karega [ Rate Film ] Hit

    2000 Josh [ Rate Film ] Hit


    1999 Baadshah [ Rate Film ] Average

    1998 Dil Se [ Rate Film ] Average

    1998 Kuch Kuch Hota Hai [ Rate Film ] Blockbuster

    1998 Duplicate [ Rate Film ] Average

    1998 Achanak [ Rate Film ] Flop

    1997 Dil To Pagal Hai [ Rate Film ] Super Hit

    1997 Gudgudee [ Rate Film ] Flop

    1997 Pardes [ Rate Film ] Super Hit

    1997 Yes Boss [ Rate Film ] Super Hit

    1997 Koyla [ Rate Film ] Average

    1996 Dushman Duniya Ke [ Rate Film ] Flop

    1996 Army [ Rate Film ] Average

    1996 Chaahat [ Rate Film ] Average

    1996 English Babu Desi Mem [ Rate Film ] Flop

    1995 Zamaana Deewana [ Rate Film ] Flop

    1995 Ram Jaane [ Rate Film ] Hit

    1995 Dilwale Dulhania Le Jayenge [ Rate Film ] Blockbuster

    1995 Guddu [ Rate Film ] Flop

    1995 O Darling Yeh Hai India [ Rate Film ] Flop

    1995 Trimurti [ Rate Film ] Flop

    1994 Karan Arjun [ Rate Film ] Super Hit

    1994 Anjaam [ Rate Film ] Average

    1994 Kabhi Haan Kabhi Naa [ Rate Film ] Hit

    1993 King Uncle [ Rate Film ] Average

    1993 Baazigar [ Rate Film ] Super Hit

    1993 Darr [ Rate Film ] Super Hit

    1993 Pehla Nasha [ Rate Film ] Flop

    1993 Maya Memsaab [ Rate Film ] Hit

    1992 Raju Ban Gaya Gentleman [ Rate Film ] Hit

    1992 Deewana [ Rate Film ] Super Hit

    1992 Chamatkar [ Rate Film ] Hit

    1992 Dil Ashna Hai [ Rate Film ] Average

    1992 Idiot [ Rate Film ] Flop

    1988 In Which Annie Gives It Those One [ Rate Film ] Flop


    TV Appearances
    Year TV Show

    1999 Rendezvous with Simi Garewal

    2000 Ruby Wax Show

    2000 Kaun Banega

    2002 Big Breakfast

    2002 Richard and Judy




    SRK Productions

    Year Film Costars

    2004 Main Hoon Na (Gauri Khan as Producer) Sushmita, Zayed

    2003 Chalte Chalte (Producer) Juhi, Aziz, Ronnie

    2001 Asoka (Producer) Juhi

    2000 Phir Bhi Dil Hai Hindustani (Producer) Juhi, Aziz



    TV Serials

    1988 Fauji

    1988 Dil Darya

    1989 Circus

    N/A Doosra Kewal
    وقدَّمْ لها الماءَ قبل النبيذِ ولا تتطلَّع إلى تَوْأَمَيْ حَجَلٍ نائمين على صدرها
    وانتظرها،
    ومُسَّ على مَهَل يَدَها عندما تَضَعُ الكأسَ فوق الرخامِ
    كأنَّكَ تحملُ عنها الندى
    وانتظرها،
    تحدَّثْ إليها كما يتحدَّثُ نايٌ إلى وَتَرٍ خائفٍ في الكمانِ
    كأنكما شاهدانِ على ما يُعِدُّ غَدٌ لكما
    وانتظرها،
    ولَمِّع لها لَيْلَها خاتماً خاتماً
    وانتظرها
    لى أَن يقولَ لَكَ الليلُ:
    لم يَبْقَ غيركُما في الوجودِ
    فخُذْها، بِرِفْقٍ، إلى موتكَ المُشْتَهى
    وانتظرها

    محمود درويش

    Comment


    • #3
      Merci pour cette biographie du king Sharukh Khan...
      Et la liste n'est pas finie, voici les prochains films à venir :

      -Munnabhai Meets Mahatma Gandhi

      Directeur=Rajukmar Irani
      Genre
      = Comédie
      Speech= Munhabhai (srk) sera arêté et poursuivi en justice…Il decide donc de mener sa propre défense ..pour cela il va étudier le droit dans une école…
      Cast= SRk, Sanjay Dutt, Vydia Balan, Arshaad Warsi, Boman Irani, Gracy Singh, Dilip Prabhavalkar.


      -DON

      Directeur=Farhan Aktar
      Genre=Action
      Cast=SRk (Don),Arjun RAmpal et Priyanka Chopra!


      -Kabhi Alvida Na Kehna

      Directeur=Karan Johar
      Genre=Drame
      Cast = SRk, Big B, Rani muckerjee, Preity Zinta, Abishek B, Arjun Rampal, Kiran Kher


      -Happy new year

      Directeur=Farah khan
      Genre=Romance/Comedie
      Speech= le nouvel an debute.Un mari (SRk) s’ennuie de se vie avec sa femme (Juhi CHawla), et il decide de la tromper avec sa collègue de bureau (Raveena Tandon). Sa femme le suspect de 7 affaires extra-conjuguale, elle embauche donc un detective(Uday Chopra) .


      -Baiju Aur Tansen


      Directeur=Khrishna Shah

      Cast= SRK et BIg B


      tha9afia siyassia nawawiya ijtima3ia e9tissadia riadhia ....
      Averroes®

      Comment


      • #4
        Salut tout le monde

        Merci pour ce sujet, étant fane des films bollywoodiens, JE SUIS AUX ANGES

        KAJOL

        Sa biographie


        L'actrice Tanuja de Yesteryears a pu ne pas avoir atteint l'horizon stellaire de Mumbai, jusque sa popularité a été concerné, mais elle a eu l'élégance, le modèle et le piquant que très peu d'actrices d'elle des périodes ont possédés.

        C'est ces modèle, classe et piquant qui place la fille distante Kajol du reste de ses contemporains.

        Soutenu au duo d'producteur-actrice de Shomu Mukherjee et de Tanuja août 5, 1975, Kajol a grandi dans un arrangement influent. Son père et oncles ont régné dans l'arène de produire des films et sa mère, Tanuja, tante Nutan et grand-mère Shobhana Samarth étaient les actrices établies par excellence.

        Son enfance, avec la soeur Tanisha, était très normal et sain. Il n'y avait aucune pénurie de bonheur. 'nous avons eu des jouets, les promenades, études, tout que nous pourrions demander 'ont indiqué l'actrice dans une entrevue. Cependant dans elle accroissant en hausse des années elle a vu ses parents dédoublés, elle ne l'a pas vraiment affectée, elle dit.

        Kajol a pris des films davantage comme poursuite de passe-temps qu'un choix de carrière. Enraciné fermement dans une famille des personnes de film, Kajol a l'aide financière forte. Par conséquent, l'actrice était ne jamais devoir chanceux compromettre sur le genre de films qu'elle a voulu faire pour l'argent.

        Les choses nécessaires pour une actrice de Bollywood, comme un teint léger, des capacités dansantes, une silhouette mince et mince, dispositifs ciselés, tout ce Kajol n'ont pas apprécié. Mais elle était un individu qui n'a pas craint d'exprimer ses pensées et avis, a eu des charges de confiance, et le talent suinté.

        Kajol a fait un pas dans le filmdom avec Rahul Rawaail en tant que son directeur et Kamal Sadaana comme son co-tenir le premier rôle dans un film a intitulé Bekhudi. Le film s'est effondu mais l'aspiration de Kajol a continué à monter. Yeh Dillagi a établi ses qualifications en tant qu'actrice. Son exécution dans le film a incité des personnes à reposer vers le haut et noter la spontanéité et la confiance qu'elle a suintée.

        Il n'y avait aucun sembler arrière. Les coups ou les effondrements, Kajol sont demeurés inchangés. Avec chaque jour de dépassement son rose et elle d'ordre sont devenues un tenir le premier rôle. Elle était la seule tiennent le premier rôle probablement après que Hema Malini qui pourrait porter un film entier sur elle des épaules, la seule actrice dans la récolte récente sur qui les distributeurs et les producteurs pourraient encaisser dessus pour des retours.

        À la crête de sa carrière, dans son approche insousiante habituelle à prendre des décisions dans la vie, elle a décidé d'attacher le noeud nuptial et d'éloigner de l'appareil-photo pendant quelque temps. Pas égalisez a par le passé fait la pensée des conséquences que le mariage pourrait signifier à sa carrière la contrarient. Elle était dans l'amour et a voulu se marier. Il était celui simple.

        Kajol est de retour de son sabbatical et prêt pour le travail. Mais elle est sûre d'une chose. Cela elle des programmes vont être détendus. Rappelez-vous qu'elle traite des films comme poursuite de loisirs, pas un milieu pour l'argent. Qu'elle de toute façon a l'abondance. Positif il y a compagnie de production d'Ajay Devgan de hubby, une entreprise de dotcom et une compagnie de distribution.

        À l'avenir, Kajol sera vu dans les projets de sa compagnie de production à la maison et dans un choisi peu d'entreprises de l'extérieur. Un film de Kajol qui est parlé beaucoup est Sridevi et Kapoor osseux untitled le film avec Shah Rukh dans le fil masculin.

        SES PHOTOS

        Comment


        • #5
          SA FILMOGRAPHIE.


          'Kabhi Khushi Kabhie Gham '

          Par ApunKaChoice Bureau
          Critique de film, ApunKaChoice.Com

          <FONT face=Georgia,Times>Le K3G beaucoup-attendu ne peut pas vanterie de nouveauté thématique, mais représente certainement dehors la façon de sa présentation, et la rangée de la crème de Bollywood.

          Naturellement, Karan est allé bien à un meilleur directeur depuis ses "Kuch jours de Hota Kuch Hai". La maturité montre dans K3G, qui est poli dans son regard, plus riche en contenu et a une parcelle de terrain s'engageante.


          le starcast le plus attrayant dans le Bollywood, Karan trace une famille indienne heureuse typique où des parents ne sont pas compromis entre leur fils adopté et leur propre fils. Peut-être, Karan pourrait avoir essayé de l'empêcher de devenir un peu trop détrempé.

          La paire de scintillement d'Amitabh et de Jaya Bachchan (onscreen après un si long espace) engage la visionneuse considérablement.

          Tandis que Jaya Bachchan semble inassortissable dans le rôle dans lequel elle a été rarement vue, le rôle d'Amitabh d'un patriarche sévère (qui exige des principes et des morales stricts de ses enfants) est réminiscent de celui qu'il a fait dans "Ek Rishta" et "Mohabbatein".

          Sur la même pose sont le jodi de Shah Rukh Khan-kajol</I>, qui rappelle un les pairings réussis des films comme "Baazigar", "DDLJ" et "KKHH". D'autre part, le roman entre Anjali et Rahul a manqué de la fraîcheur.

          La paire de Hrithik-Kareena rétablit également les images du "Yaadein" de Subhash le Ghai. Hrithik semble beau et joue le Rohan émotif avec la facilité. Kareena aussi convainc jouant une haut-sur-attitude, jeune cadre dynamique multiplié par MTV.

          Cependant, Rani doué Mukherji passe presque inapperçu avec un rôle low-profile.

          S'ajouter à la force de K3G's est ses points mélodieux de musique par le duo différent de trois directeurs Jatin-Lalit de musique, le Sandesh Shandiliya et l'Aadesh Shrivastava.


          prix aigre de n d'un bonbon Kajol-central '

          Par N K Deoshi
          Critique de film, ApunKaChoice.Com

          Soeurs jumelles, réflexions de miroir de l'un l'autre mais si différent dans leurs manières et Person.

          On un bavard pétillant, choyé de son enfance crache le feu et a un os à reprendre sur de seules bagatelles, alors que l'autre, beaucoup une antithèse-un bien comportée, demoiselle parlée et cultivée de doux. Séparé à la naissance, les soeurs inconscientes de l'un l'autre rassemblement après 20 ans, immédiatement reconnaissent leur racine ombilicale commune et obtiennent vers le bas de réunir leurs parents gardants rancune.


          l'histoire semble familière. En effet elle est. Une fois de plus un réalisateur de film de Bollywood tire l'inspiration de à travers l'Océan atlantique. Rahul Rawail qui a donné des récits à suspense d'action comme Dacait, Arjun et Arjun Pandit de tard, explore de nouveaux vistas avec la version travaillée d'Indianized du classique de Hollywood des années 60 où le parent emprisonnent.

          Dans le double rôle des soeurs jumelles Kajol vient à l'avant en tant qu'actrice mûre et emballe dans une exécution puissante. Avec la délicatesse de mercure elle donne des émotions innombrables et oscille avec la facilité remarquable de l'les sourpuss loquaces à un introverti doux. Le film, héroïne-étant orienté lui donne la longueur suffisante et garde les autres joueurs sur les marges.

          Le héros du film, Sunil Shetty, par exemple, réclame à peine un peu sans visibilité de notification. Le fléchisseur éternel de muscle a tard d'adouci vers le bas dans jouer des rôles gais mais on peut immobile le voir hamming il vers le haut parfois. Cependant, sa expression sévère caractéristique et la manière il des dialogues de bouches sans manier la batte une paupière estropie ses tentatives de faire les câpres comiques.

          Même Rishi Kapoor et Rati Agnihotri, qui casse son long sabbatical du grand écran, ne fait pas beaucoup d'impression comme couples gardants rancune. Droit où le film décolle de Rahul l'a montré en travers avec l'un l'autre et s'est concentré sur le désaccord de leurs moi gonflés plutôt que de de demeurer un peu sur leur bonheur conjugal. Leur séparation donc tire à peine n'importe quelle corde sur le coeur.

          Raj Khanna (Rishi Kapoor) et son épouse Archana (Rati Agnihotri), une fois qu'un ménage marié heureusement, sont maintenant le sort gardant rancune. Peu ils savent les stratagèmes mauvais de la belle-soeur mauvaise Devyani (Mita Vashishth) de Raj qui déteste Archana et greffe une crevasse entre les deux. À noyau vrai sorcière qui mord la main qui alimente des arcs de Devyani et érafle quand devant Raj mais hache les parcelles de terrain honteuses derrière le sien de nouveau au groupe d'octets sa générosité.

          Les malentendus graves asunder déchirent de Raj et d'Archana mariage. Ils séparent des manières et avec eux sont séparés leur bonbon et Tina jumeaux de filles. Archana se trouve une nouvelle vie tandis que Raj se transforme en buveur lourd et recluse qui barricades du monde extérieur dans sa maison somptueuse.

          Les années de roulement par le bonbon de la fille de Raj (Kajol) se transforme en gosse corrompu, une fille effrontée que (dû à l'éducation négligente) s'inquiète deux huées au sujet de d'autres et va bagatelles d'excédent de bananes de seules. Souvent le duo de fille de père prend des querelles avec l'un l'autre. Fatigué maison de son père dipsomaniaque et de la tante, de bonbon de feuilles adroites et têtes pour Londres toute seule.

          La course de Londres de la fille prodigue s'avère être une bénédiction dans le déguisement pendant qu'elle rencontre l'homme de ses rêves Sameer (Sunil Shetty) et après qu'une série d'incidents vient face à face avec sa soeur jumelle Tina (Kajol) que différent elle-même est bien comporté et cultivée. Les deux nus leurs coeurs les compagnons entre eux et bientôt devenus d'avantage. Sans toute autre agitation ils décident de réunir leurs parents et à cet effet des endroits d'échange.

          Les méchants d'autre part sont dans l'ascendant. La tante mauvaise avec son nounours mauvais de fils (Mayur), son amoureux (Pramodh Muthu) et la tentatatrice louée Savitri (Pooja Batra) a Raj sur le baril et presque relevé de l'as d'enrouler ses fortunes de gonflement.

          Mais les jumeaux prennent le peu entre leurs dents et battent les méchants à leur propre jeu. Raj descend aussi sur les intentions de sa soeur et réalise ses erreurs. Grâce aux efforts des jumeaux les parents est réunie et tout finit bien.

          Le film est plus d'un drame de famille qu'une histoire d'amour. Kajol porte le film simple handedly sur elle des épaules avec l'exécution qui mérite au moins une mention. Particulièrement louable est l'agilité avec laquelle elle glisse d'une humeur à l'autre. Maintenant elle est exubérante, maintenant capricieux, maintenant vivace et maintenant en larmes.

          En mettre qui zing dans l'histoire il y a un nombre lascif "Bandh Kamare Mein Pyar Karenge" qui a Pooja Batra jiving et titillating le Rishi glacial sur l'air d'Anu Malik et les mots doux de Sameer.

          En outre, le film a beaucoup de moments gais bien que le comédie dans lui appelle à peine n'importe quel rire. Le déluge des émotions à la fin quand Rishi gifle Rati et l'interdit de partir devient un peu trop, mais cela beaucoup est autorisé quand vous observez un drame détrempé de famille.

          Comment


          • #6
            'Raju Chacha'

            L'année commence par un coup pour Bollywood comme "Raju Chacha", espionné comme film le plus cher jamais fait dans l'histoire du film parlant, mise 70mm.

            Le film marque le rite du passage pour Ajay Devgan et sa épouse sombre Kajol, qui hibernating dans le bonheur nuptial depuis qu'ils ont attaché le noeud. Le film est un projet rêveur pour tous les deux et ni l'un ni l'autre n'a fait tout le possible n'importe quel de lui faire un succès.

            AjaY,
            le producteur a dépensé largement sur la fabrication du film. Il a confié au travail de diriger le film vers son frère Anil qui, qui a fait un bon travail, considérant le fait que c'est son premier projectile aux tourniquets.

            "Raju Chacha" est un conte d'imagination qui tourne autour trois enfants, une jeune institutrice et un escroc de petit-temps espérant faire un mâle facile. Rishi Kapoor enfin fait un rôle qui convient à son âge mieux. Il cannelle bien comme Siddhant Rai, l'architecte riche qui vit dans un pavillon élégant et mène un style de vie riche. Sont un veuf ses trois enfants Rohit, Rahul et Rani (joués par des artistes d'enfant durs, Manshukh et Saakshi) son être-tout et extrémité-tout. Mais il ne peut pas leur donner beaucoup de son heure car il est occupé à trotter le globe sur son travail.

            La maison somptueuse active pour toujours avec peu les ceux des polissons, choyés pendant qu'ils sont de leur enfance. Jamais après n'avoir été attaché à n'importe qui des cordes de tablier, l'acte d'enfants leurs propres maîtres et chaque fois que Siddhant leur obtient une institutrice, ils la conduisent loin avec leurs tours vilains.

            Mais Anna (Kajol) ne sera pas effrayée vers le bas par leur tactique intimidatory. Pétillant et tout effervescent qu'elle elle-même est, elle participe activement aux sottises des enfants et est bientôt acceptée par elles. En outre, étant une orpheline, elle empathizes facilement avec le vide à leurs coeurs.

            Shekhar (Ajay Devgan), un escroc de petit-temps qui fait une vie hors d'escroquer d'autres, a un écrasement sur Anna. Par elle, il veut accéder les fortunes du gonflement de Siddhant.

            L'uncle(Govind Namdeo de Siddhant) veut se débarasser de lui et de ses gosses pour s'approprier ses milliards. Sa intention mauvaise réussit dans une certaine mesure, après qu'il obtienne Siddhant tué dans un accident de voiture et commence malade-traitent ses enfants.

            C'est quand Shekhar a un changement de coeur. Il intervient en tant que sauveur des enfants, impostering comme frère long-perdu Raju de Siddhant. Ainsi un chor devient un chacha et ensemble le quintet combat les méchants et les jette hors de leur maison.

            Ajay Devgan et Kajol, les deux acteurs chevronnés, tour dans des exécutions superbes de nouveau. Cependant, c'est les trois artistes d'enfant durs, Manshukh et Saakshi qui volent l'exposition avec leurs exécutions vives. Il y a également une camée de surprise par Sanjay Dutt, qui intervient à l'heure peu probable et prétend être le Raju vrai Chacha.

            Fait au budget battant à plat de couture du crore 35, le film est production de Devgans la troisième. Cependant, en dépit de l'exagération et du tapage l'entourant le film, il s'avère être un seul pouri de pot des chiquenaudes célèbres de Hollywood. Directeur Anil semble avoir tiré beaucoup d'inspiration du musical classique "le bruit de la musique" et le récent comme "à la maison seulement" et "le roi de lion". Les points mélodieux de Jatin Lalit sont un point culminant du film, en particulier la chanson "dilué dilué", qui a beaucoup de flamenco et le modèle d'Arpège du jeu de guitare jeté dedans.

            Directeur d'art Nitin Desai est encore à son meilleur comme il a méticuleusement érigé Rishi plus de pied-haut château de l'imagination 100 (réparti 3 acres) au coût de Rs. crore 5 parmi les collines verdoyantes d'Ooty.

            Pour initialiser, le film se vante des effets spéciaux qui laisseront les visionneuses étonnées. La chanson de titre, par exemple, comporte impliquer spécial d'effets autant d'en tant que 4000 enfants, le parachutage vers le bas ou avoir un tour de train.

            Ajay décrit le film comme "projet rêveur fait à partir du coeur et de l'âme". Il dit qu'il n'y avait aucune question d'au-dessus-budget allant car aucune limite supérieure n'a été fixée en premier lieu. Pourtant l'homme a mis beaucoup en jeu -- le budget gigantesque à part, les mois du travail laborieux doublant comme producteur et l'acteur. Il reste à voir s'il capturera l'imagination des visionneuses et de la catapulte Devgan dans la grande ligue

            Comment


            • #7
              Vous n'auriez pas la filmographie de rani ca serait hyper sympa de votre part !!!!

              Comment


              • #8
                Voila la biographie et la filmographie de Rani, j'aime trop cette actrice, j'ai bien aimé son rôle dans Chori Chori Chupke Chupke, je crois que c'est le plus beau film que j'ai vue, j'en ais encore la larme à l'oeil tellement le film est bien .

                SA BIOGRAPHIE

                Le membre de la même famille illustre de film de laquelle Kajol tire sa lignée Rani Mukherjee peut encore être à une distance de la citadelle qui loge son cousin. Mais il n'y a aucun doute au sujet de l'appel de masse de la fille bengali lumière-observée. D'ailleurs, elle met tous ses efforts et travaille dur à l'extension là.

                Précoce pourtant innocent inconscient de lui, il est l'art de l'auto-portrait modeste de l'actrice qui dessinent des amis et des well-wishers à elle.

                Producteurs faits un beeline pour la porte de Rani (elle montait haut sur le succès de Ghulam et Kuch Kuch Hota Hai) et juste pendant qu'elle décalait graduellement des positions vers le dessus dans les diagrammes de popularité, elle a commencé à obtenir les secousses. La bonne nature n'a pas vraiment aidé Rani en gagnant la forteresse et en consolidant sa position dans Mumbai.

                Les films comme Baadal ont moulé une ombre sur elle des perspectives. Le film a laissé des théâtres en Inde sans pleurnicherie. L'espoir était vivant sous forme de Hadh Kar Di Aapne, qui était dans la canalisation. Rani a eu la foi dans la valeur marchande de Govinda et de David Dhawan à la caisse. Malheureusement, le film ne soulève pas un rire et les boîtes d'argent comptant n'a pas sonné.

                Rani essayé pour rester unfazed. Elle regardait vers le futur et hé RAM. En tant qu'actrice, Rani était fier d'être associé à un acteur-directeur de calibre de Kamal Haasan et a été fait frémir pour avoir hé la RAM dans son recouvrement. Même hé la RAM n'a pas propulsé sa carrière jusqu'au degré qu'elle avait prévu. Il n'y avait pas aucune appréciation critique de son exécution dans le film. Infact, les ventilateurs de Rani est devenu à distance quand ils ont vu leur actrice préférée fermée à clef dans un baiser passionné dans le film.

                L'actrice ne regrette pas cependant. ''j'ai voulu travailler avec M. Kamal Haasan. Le repos n'a pas importé ''qu'elle a dit dans une entrevue il y a une certaine heure.

                Rani est encore excité au sujet des projets qui sont alignés en tant que ses prochains films. Une série de démuni non réussi de courses a amorti giggly l'art de l'auto-portrait. Elle continue à être vive.


                Comment


                • #9
                  SES PHOTOS













                  Comment


                  • #10
                    SA FILMPGRAPHIE.

                    'Chori Chori '

                    Par ApunKaChoice Bureau
                    Critique de film, ApunKaChoice.Com

                    <FONT face=Georgia,Times>Chori Chori est basé sur l'histoire souvent-répétée de deux personnes feignant pour être des amoureux et puis étant amoureuses par la suite. Ranbir juge qu'entouré de fossés par son amoureux Pooja (Sonali) d'enfance et frappe donc une affaire avec Khushi (Rani) pour feindre en tant que sa petite amie pour rendre Pooja jaloux. Cependant, Ranbir finit vers le haut de tomber amoureux de Khushi et elle sent aussi la même chose pour lui.

                    En dépit de cette histoire rabattue, le film engage une visionneuse en raison du traitement différent du sujet par directeur Milan Luthria du film.




                    la première moitié du film est assez intéressante avec le peu comique entre Ajay et Rani. Mais le récit perd le pas dans la deuxième moitié due aux chansons qui viennent fréquemment. Même l'apogée du film aurait été meilleure si n'était pas aussi mélodramatique et n'a pas dû porter le poids de deux chansons, Rootthe Yaar et Kehna Hai.

                    La chimie entre Ajay Devgan et Rani Mukherji dans le film est tout à fait apparente. Tandis qu'ajay joue le Ranbir brusque et suffisant avec la conviction, Rani grésille dans le rôle d'une fille pétillante qui est un orphelin et trouve l'amour dans la famille de Ranbir. Dans le siderole Sonali lui laisse aussi l'impact.

                    Chori Chori pourrait avoir été un film romantique très intéressant le manuscrit du film avait été paré vers le haut de un peu et c'est directeur que Luthria avait fait attention pour ne pas incorporer trop de chansons dans le film.

                    Le film vaut la peine toujours de voir une fois.


                    ÉNIGME ENCHANTERESSE D'' Paheli '

                    Par Nitika Desai
                    Critique de film, ApunKaChoice.Com

                    <FONT face=Georgia,Times>Le moment Paheli commence, vous savent que c'est un fairytale. Les sandscapes du Ràjasthàn rural, les robes vibrantly colorées de ses habitants, l'ambiance rustique, tout le lui vous transporte à un monde de mirage-like.

                    Mais, quand le film obtient allant, vous vous trouvez complètement immergé dans lui comme si c'étaient la vraie vie. Telle est la maîtrise d'Amol Palekar, qui a adopté un folktale de provocation simple et pensé sur le celluloïde pour cette expérience cinématographique inoubliable appelée Paheli.

                    Paheli est une belle énigme qui fournit sa propre réponse. C'est l'histoire d'une femme qui désire ardemment pour l'amour de son mari. C'est l'histoire d'un fantôme qui échange son amour en assumant la forme (en chair et sang) de son mari.

                    Lachchi (Rani Mukherjee) est rêveur-observé, giggly, la belle fille mariée à Kishenlal (Shah Rukh), qui est un baniya vigoureux. À son coeur, la fille nubile désire ardemment pour l'amour de son mari, mais il semble marié à son khata de bahi (comptes) à la place.

                    Dans le commencement du film nous sommes également présentés à un fantôme, un esprit errant qui assume les formes de différentes créatures vivantes (comme écureuils, corneilles, oiseaux de chant, humains etc...) à la volonté.

                    Sur très le jour suivant après mariage, Kishenlal part de son village pour des affaires qui lui prendraient des années. Lachchi est laissé seul désirer ardemment l'amour.

                    C'est alors les prises errantes d'esprit la forme de son mari et échange ses émotions. le fantôme 'Kishenlal (Shahrukh) de ` a les qualités que Lachchi désire ardemment pour dedans un mari. Il est un amoureux sensible, un espiègle, un magicien et beaucoup plus.

                    Années de passage avant que le vrai Kishenlal retourne à la maison pour déconcerter chacun. Lachchi, ses dans-lois et le village entier est assommé à voir deux Kishenlals. Incapable de trouver une sortie de cette situation fâcheuse, les villageois décident de prendre les avocats-conseils du roi. Mais sur leur chemin, ils rencontrent un berger excentrique (Amitabh Bachchan) qui résout le paheli avec le sien presque Zen-comme la sagesse.

                    Il y a quelque chose de beau, profondément et subtile au sujet de cette histoire qui est si simple mais lui vous laisse opacifié avec des pensées plaisantes. Paheli n'est aucune épopée d'amour, ni est il une harangue creuse sur la moralité ou les femmes droites. Cependant, le film soulève quelques questions convenables de savoir si une femme a le droit de décider au sujet de la sa propres vie et conjoint. Mais il est tout fait des manières subtiles. Il n'éclate pas hors de son message. Mais il indique lui dans des tonalités soumises, dire lui sans parler, créant de ce fait assez de lacunes pour impliquer la visionneuse pour faire le travail d'histoire. C'est pourquoi Paheli est un morceau d'excellent cinéma.

                    Certains peuvent trouver le film un peu lent dans la première moitié. Les chansons, aucun doute un plaisir aux oreilles, plus fréquemment sont répandues dans la moitié initiale. La cinématographie par Ravi Chandran hypnotise simplement. La meilleure chose à son sujet est qu'elle ne prend pas votre attention loin de l'histoire en dépit de capturer les tonalités et les nuances d'une ambiance de Rajasthani avec le brillant saisissant.

                    Quant à l'action, il doit d'abord admettre que cet auteur jamais n'a été beaucoup impressionné de Shahrukh agissant dans le passé. Mais dans Paheli nous obtenons de voir les aperçus d'un vrai acteur venant pour former. Dans son rôle jumeau du Kishenlal émotion-sec et du fantôme vivace de ` ', SRK a surpassé mes espérances.

                    Ayez besoin de lui soit dit que Rani Mukherjee est peut-être le meilleur talent que nous avons dans Bollywood actuellement. Elle est une actrice qui peut parler avec son silence, expriment n'importe quelle émotion avec une seule expression faciale. Et ce qui à dire au sujet de sa chimie avec Shahrukh ! Vous devez le voir pour le savoir.

                    Dans les rôles marginaux Anupam Kher et le stand de Rajpal Yadav dehors. Amitabh Bachchan apparaît pour une seule camée et vous laisse intimider-frappé avec ses regards ruraux inattendus et son convaincre incroyablement la représentation d'un berger excentrique.

                    En bref, Paheli est l'un des meilleurs films être venu dehors de Bollywood cette année. Le conte folklorique de Vijaydan Detha a été raconté de nouveau sur l'écran avec l'authenticité remarquable. Le manuscrit par Sandhya Gokhale est sans aucun défaut. Les dialogues sont dans Hindi brut et ont un son vibrant rustique de Rajasthani.

                    Durez mais pas le mineur, Amol Palekar mérite au moins une récompense pour dire une belle histoire avec une telle simplicité qu'elle reste avec vous même lorsque le film plus de.

                    Comment


                    • #11
                      'Itna SA Khwab Hai De Bas '

                      Par N K Deoshi
                      Critique de film, ApunKaChoice.Com

                      <FONT face=Georgia,Times>Suraj (Abhishek), un rustre simple de village qui chante les chansons du maiyya de Ganga, vient à Mumbai de Benaras pour gagner un degré dans l'université. Il obtient frappé par une beauté lumière-observée Pooja (Rani Mukherjee). Après une certaine lenteur le duo expriment leur amour l'un pour l'autre.

                      Suraj a de grands rêves. Il veut émuler son mentorat Naved Ali (Jackie) un baron judicieux de médias. Puis, pendant un jour, dans un contrat héroïque dans lequel le chora de ka de gaon d'apna sauve la vie d'un homme fatalement blessé, Suraj impressionne Naved Ali. Un Naved flatté envoie son collègue lascif Lara (Sush) à la corde dans Suraj pour mettre en marche un nouveau canal.

                      Lentement la jeunesse inexpérimentée va bien à un homme d'affaires intelligent et Lara commence à prendre l'endroit de Pooja. Pooja essaye de élégant, voitures lisses El Al. Mais il a perdu son innocence.

                      Et un jour Suraj réalise les motifs horribles de Naved Ali (qui veut devenir le P.M. du pays) et comment il a été employé comme gage dans son jeu de puissance.

                      "Itna SA Khwab Hai de Bas" est le début directorial de Goldie Behl, le fils du producteur-directeur Ramesh Behl de vétéran, et un ami étroit d'Abhishek. Le film décolle bien dans la première moitié avec Behl traçant une prospection persuasive d'une vie d'université et des jeux juvéniles qui sont assortis à lui. Mais, dans la deuxième moitié, il s'égare quand il commence à philosopher des choses. Le film perd simplement le foyer.

                      Abhishek semble prometteur et montre le calibre d'un acteur sérieux. Une chose qu'il devrait travailler dessus est son présence d'écran, lui fait moins de couvée et plus charismatique. Après tout, n'est pas que quels héros de film de Hindi sont supposé pour être ?

                      Rani Mukherjee semble magnifique dans tout le film et glisse d'une émotion à l'autre avec la facilité usuelle. Sushmita garde la foule titillated avec ses nombres lascifs tandis que Jackie infuse le Naved astucieux avec de assez du vitriol.

                      "BISKH" est glacé et a une approche vers l'avant droite du premier temporisateur Behl. Mais il manque de l'innovation. Le film, par exemple, ressemble à un potpourri du "monsieur de Gaya d'interdiction de Raju" de Shahrukh et du "Phir Bhi Hai dilué hindoustani". Il obtient clichéd parfois avec même vieux piquer au loin en Suisse pour le nombre de chanson et de danse. Oui, la musique du film est certainement un point fort et ainsi est le lyrique par Goldie Behl lui-même. Mais elle peut ne pas faire tout cela bien au box-office.

                      En outre, en venant sur les talons des mammoths de celluloïde aimez "Lagaan" et "Gadar", le dégagement de "BISKH" ne pourrait pas avoir été synchronisé plus malade. Ce qui est plus, le récit à suspense psychologique beaucoup-attendu "Aks" du papa grand b, qui frappe le chapiteau après une semaine, peut également grignoter "au part de marché de BISKH".


                      chori Chori Chupke Chupke

                      Deux belles pétillantes (Rani Mukherjee et Preity Zinta) radotent au-dessus du Salman skimpily plaqué. Quelques types ont toute la chance ! Les marques threesome le meilleur des copains. Ensemble ils cabriolent autour sur les lieux étrangers exotiques. Les choses sont routinières jusqu'à ce que le directeur décide de donner une torsion à cette sentir-bonne histoire.

                      Abbas-mustan,

                      http://media.fastclick.net/w/get.med...&tp=10&d=s&c=1

                      le duo de directeur qui ont donné les récits à suspense de caillage de suspens de sang comme Baazigar et Khiladi vague outre de leur formule habituelle dans Chori Chori Chupke Chupke. Cette fois romane et tragédie semblent avoir pris des tressaillements et le suspens d'excédent de priorité. Et il y a assez aussi de Bharjatya-type drame de famille.

                      Raj (Salman) fait partie d'une famille idéale se composant d'un Kailashnath première génération adorant Malhotra, qu'il vénère, un père amical Ranjit Malhotra (Dilip Tahil) et une mère affectueuse (Farida Jalal). Raj est se lever tiennent le premier rôle, l'homme qui confirmerait l'héritage de sa famille riche, et sa générosité des millions.

                      Battements du coeur de Raj pour Priya (Rani Mukherji) qui grêle aussi d'une famille riche et est la fille idéale à être le bahu de Malhotra. La chute de duo dans l'amour, se marient et Priya est chaudement bien accueilli dans la famille de Malhotra. Les choses sont très bien jusqu'au twosome venu à savent que Priya est stérile. Avec cette réalisation naît également la crainte que la lignée distinguée de Malhotra finirait avec Raj.

                      Présente ici le danseur vif Madhoo (Preity Zinta) de barre qui sauvera les couples de ce problème. Priya supplie Madhoo pour concevoir l'enfant de Raj. Un Madhoo premier hésitant consent finalement à la réclamation de Priya.

                      La parcelle de terrain s'épaissit pendant que Raj et Madhoo sont dessinés plus étroitement. Priya cache ses sentiments et là accroît le labyrinthe complexe des émotions. Comment la balle de trio hors de cette situation forme le point élevé du film.

                      Salman-Rani-Preity a déjà attrapé la fantaisie de la génération d'aujourd'hui de jeune cadre dynamique dans Har Jo dilué Pyar Karega. Leur genre de roman -- puérile et plein du glam et du glitz -- est devenu le régime d'agrafe d'un cinegoer. Et CCCC a sa part de substance de saccharine.

                      La musique d'Anu Malik est entraînante, mélodieuse et des gels tout à fait bien avec le thème du film. Cependant le manuscrit tiède, les dialogues détrempés et la direction faible font à CCCC un mélange des idées moitié-cuites au four.

                      Dans la mesure où l'action disparaît, Salman est son 'art de l'auto-portrait de jambon 'habituel. Bien qu'il ne recoure pas à la chemise ôtant tellement souvent, il bombe hors de la substance douce et plate habituelle. Rani est vivace mais trop infantile. D'autre part les modes du mercure de Preity sont assez impressionnants. En outre l'ébrèchement dedans avec quelques moments comiques est levier de Johny comme Pappu Bhai, l'associé de Salman qui est plus comme un fils au Malhotras.

                      Le film qui a déjà créé beaucoup d'exagération dû aux liens allégués de son producteur et financier avec les enfers promet d'être un extracteur de foule. Voyons s'il met un terme au charme stérile continu dans Bollywood.
                      convaincre Suraj de la futilité de lui tout sauf seulement en vain. Suraj est déterminé pour découper un endroit pour se dans les échelons plus élevés de la société. Bientôt il a tout qu'il a jamais voulu et a rêvé - d'un pavillon.



                      Voili Voilou ya Tozeur.

                      Comment


                      • #12
                        Envoyé par tozeur
                        Vous n'auriez pas la filmographie de rani ca serait hyper sympa de votre part !!!!
                        Contente de voir une adepte de plus des films Bolly
                        Dis moi Tozeur, quels sont les films de Rani qui t'ont plu ? Quel était le premier film où tu l'as vu jouer?

                        tha9afia siyassia nawawiya ijtima3ia e9tissadia riadhia ....
                        Averroes®

                        Comment


                        • #13
                          Merci merci !!!!!!!!!!

                          Pour tout te dire tite nature je ne me souviens pas du premier film que je vu d'elle !!
                          Mais a force d'en voir cela ma plus !!
                          Franchement j'adore bollyood !!
                          Ce ne sont plus les vieux film maientenant c'est les films d'aujourd'hui il ya moins d'action violente (genre ce taper dessus ou des choses comme ca )

                          Merci encore!!

                          Comment


                          • #14
                            Alors il n'y a personne qui aiment bien les films de Bollywood, manifestez vous

                            Comment


                            • #15
                              Pour moi tout ces acteurs / actrices se ressemblent trop , et puis on commence a faire la différence , mais sincérement j'aime pas du tout le genre , je reste convaincu que ce sont des films commerciaux avant tout . Si qq1 a une reference a me conseiller pour que je change d'avis , n'hésitez pas je suis ouvert a tout
                              ciao

                              Comment

                              widgetinstance 176 (Discussions similaires) skipped due to lack of content & hide_module_if_empty option.

                              Ads sous Menu

                              Collapse

                              Tendances

                              Collapse

                              There are no results that meet this criteria.

                              Working...
                              X